11
AVR

L'écologie, une affaire de famille?

Conférence Public-cible: Ouvert au grand public
Comment l’écologie pourrait-elle ne pas faire le jeu du paradigme techno-économique qui est à l’origine même de la crise environnementale ? D’un côté, l’écologie scientifique nous pousse à une vision toujours plus techniciste et mondialisée ; de l’autre, le green-washing est devenu un avantage comparatif pour les multinationales et la grande distribution. Et s’il fallait chercher ailleurs, dans une pensée de l’écosystème qui fasse moins sa part au système qu’à l’oikos ? Oikos renvoie d’abord à la famille, à la maisonnée, comme au lieu premier d’articulation de la nature et de la culture. Il s’agira à l’aide des Anciens de fonder une écologie qui reconnaît la nature là où elle se donne concrètement et premièrement à nous, dans notre corps filial, sexuel et manuel.

Quand?
11.04.2017 18:15
Où?
Site MIS 03 / Salle 3024
Avenue de l'Europe 20, 1700 Fribourg
Organisation
Dépt. des sciences de la foi et des religions, philosophie et Institut interdisciplinaire d'éthique et des droits de l'homme
Bernard Schumacher
bernard.schumacher@unifr.ch
Université de Fribourg - IIEDH Av. de Bea
1700 Fribourg
Intervenants
Essayiste et dramaturge, Fabrice Hadjadj est professeur au Collège Saint-Michel et directeur de Philanthropos (Institut européen d’études anthropologiques) à Fribourg. Il a notamment publié : Réussir sa mort : Anti-méthode pour vivre (Paris, Points essais, 2010) ; Le paradis à la porte, essai sur une joie qui dérange (Paris, Seuil, 2011) et La foi des démons, ou l’athéisme dépassé (Paris, Salvator, 2009). Il collabore au Figaro-littéraire et à Art press.

CYCLE:
Dignité humaine et écologie

Le discours écologique actuel a changé : il souligne l’importance de respecter la nature environnementale mais aussi d’instaurer plus de justice sociale afin d’éviter des catastrophes qui semblent imminentes. C’est pourquoi l’écologie implique également la promotion d’un authentique respect de la dignité humaine.
C’est autour de la notion de « nature » que se noue le problème : la reconnaissance de la nature environnementale n’implique-t-elle pas aussi l’existence d’une nature humaine ? La personne humaine n’est-elle pas aussi soumise à un ordre qui lui préexiste et dont certaines finalités orientent son libre choix ?  Les devoirs envers l’environnement ne sont-ils pas intimement liés aux devoirs envers la personne et autrui (début et fin de vie, famille, relations sociales, modes économiques…) ?
Diverses personnalités, expertes en écologie, sont invitées pour éclairer les aspects majeurs de la question.

 
Autres événements dans le cycle
07.03.2017Après 10 ans de crise, une réconciliation entre économie, société et écologie est-elle en vue?
04.04.2017Les origines morales du désastre écologique
11.04.2017L'écologie, une affaire de famille?
18.05.2017Altruisme animal et donation humaine
23.05.2017Individualisme, dignité humaine et écologie