13
MAI

ANNULÉE La désobéissance civile, une arme politique légitime

Vortrag, Andere Zielpublikum: Breite Öffentlichkeit
Table ronde : La désobéissance civile est-elle légitime dans une démocratie et, si oui, en quelles circonstances ? Est-ce une modalité d’action de dernier recours, quand toutes les autres voies du dialogue ont été empruntées et ont échoué ? Est-ce davantage une forme d’exposition optimale d’un désaccord dans l’espace public ? Le principe responsabilité qui la qualifie, l’exigence de la non-violence qui la supporte et la volonté de répondre publiquement de ses actes, selon ses partisans, ne reviennent-elles pas à se placer au-dessus des lois de la Cité ? En quoi diffère-t-elle de l’objection de conscience, d’un côté et de l’action citoyenne, de l’autre ? Quelle est sa réelle efficacité politique au-delà de son impact symbolique ? C’est à toutes ces questions, entre autres, que les participant-e-s à cette table ronde s’attacheront à répondre, en laissant à chaque fois l’espace nécessaire à un large dialogue avec les auditeurs-trices.
Wann?
13.05.2020 17:15 - 19:00
Wo?
Standort MIS 03 / Raum Auditoire C
Avenue de l'Europe 20, 1700 Fribourg
Organisation
Travail social et politiques sociales
Moll-Lauper Séverine
severine.moll-lauper@unifr.ch
Rte Bonnesfontaines 11
1700 Fribourg
026/3007786/80
Vortragende / Mitwirkende
Irène Wettstein est avocate et titulaire d’un MBA ; elle pratique en tant qu’indépendante depuis plus de 25 ans. Elle a exercé quelques mandats politiques (conseillère communale et membre de la Constituante vaudoise) et est membre de diverses institutions, notamment du comité de Caritas Vaud. Elle intervient actuellement comme avocate et observatrice légale dans le cadre d’actions de désobéissance civile liées à la protection du climat et de la biodiversité.

Jacques de Coulon, ancien recteur du Collège Saint-Michel à Fribourg, professeur de philosophie et de sciences des religions. Il a écrit une quinzaine d’ouvrages traduits dans plusieurs langues sur la philosophie, l’éducation ou la méditation, dont Le Petit cahier de désobéissance civile (Éditions Jouvence) ou Imagine-toi dans la caverne de Platon (Éditions Payot). Chroniqueur au quotidien La Liberté, il donne des conférences et des séminaires, tant en Suisse qu’à l’étranger.

Marc Münster, directeur de Sanu future learning SA, est géologue diplômé de l’Université de Lausanne, avec une formation postgrade en ingénierie et management de l’environnement à l’École polytechnique fédérale de Lausanne. Il s’est spécialisé dans le développement de compétences pour la transition écologique. Il accompagne depuis 2002 des professionnel-le-s de tout métier, des organisations tant publiques que privées ainsi que des branches, en combinant connaissances scientifiques, savoir-faire métiers et savoir-être personnel avec des structures et des processus managériaux. Dans la cadre du blog qu’il tient sur le site du journal Le Temps, il s’est exprimé sur les limites de la désobéissance civile dans le contexte du changement climatique.

CYCLE:
ANNULÉE La désobéissance civile, une arme politique légitime

Toute action se doit d’être efficace, à tout le moins conforme, pour être signifiante socialement. C’est ce que, en bon « social scientist », nous avons retenu de notre fréquentation des bancs universitaires, mais aussi en bon honnête homme (et bonne honnête femme), nous avons appris, quelquefois à nos dépens, de nos expériences biographiques. Mais parfois, souvent même, l’action s’arrête à ces marches et entre dans les limbes de l’action urgente, de l’action contrainte, de l’action embarrassée, de l’action limitée, de l’action insignifiante. Agir à tout prix devant les désastres humanitaires, agir dans l’urgence devant la souffrance sociale des plus vulnérables, agir sans attendre devant les impacts climatiques à court terme, soigner par-delà l’éventuel consentement du malade quand la vie de ce dernier est en jeu ; la morale vient ici recouvrir l’action, au nom d’un impératif indiscuté posé comme indiscutable. Agir malgré tout, agir pour sauver la face, agir quand il ne reste plus que cela à faire, agir coûte que coûte parce que ne pas agir serait encore pire ; le désespoir, à tout le moins la désillusion, vient ici soutenir l’action et lui donner son sens. Agir dans les marges laissées libres, consentir, ruser, détourner, résister, désobéir, agir en refusant l’action attendue mais en s’inscrivant néanmoins dans des schémas imposés, dans des dominations minuscules mais pourtant fortement pesantes ; l’action devient ici vitale comme condition du maintien de l’existence, fût-elle insignifiante. Agir en retenant l’action, en soupesant, en délibérant, en négociant (avec soi et avec les autres) car agir n’est pas simple tant il nous condamne à construire des alternatives rien moins qu’évidentes, tant il nous prend dans des dilemmes sans sorties aisément acceptables ; l’action est ici pesée des conséquences, appréciation des intérêts et, avant tout, établissement d’un compromis, le résultat d’un travail éthique caractérisant un agir dont la solidité repose sur l’équilibre.
C’est à ces thématiques, et à bien d’autres encore, centrées sur cette idée qu’agir ne suffit pas ou que ne pas agir est en soi une action, que l’action est trop compromise pour être moralement acceptable ou bien encore trop soupesée pour être efficiente que sera consacré le cycle de conférences publiques 2020 auquel l’ensemble des étudiant-e-s de la Chaire de Travail social et de politiques sociale sont convié-e-s ainsi que tout-te étudiant-e et tout-e citoyen-ne intéressé-e- par cet enjeu.

 
Autres événements dans le cycle
19.02.2020L’action aux limites de l’agir
26.02.2020Dominations, contrôles et actions empêchées
04.03.2020Agir faible et survie politique. Le cas de la mobilisation transnationale des migrants et migrantes sans autorisation de séjour
11.03.2020!!! ANNULÉE !!! Devenir acteur dans un cadre contraint : les enjeux de l'action éducative en protection de l'enfance
18.03.2020ANNULÉE ET REPORTÉE A UNE DATE ULTÉRIEURE. Agir sans fin : éthique humanitaire et relations internationales
25.03.2020ANNULÉE ET REPORTÉE A UNE DATE ULTÉRIEURE. Visiter des prisonniers dans les conflits : une action insignifiante ?
08.04.2020ANNULÉE ET REPORTÉE A UNE DATE ULTÉRIEURE. Le consentement suppose-t-il un engagement ?
22.04.2020ANNULÉE ET REPORTÉE A UNE DATE ULTÉRIEURE. Le défi de la conformité : l’assistance humanitaire dans des contextes à risques de corruption
29.04.2020ANNULÉE ET REPORTÉE A UNE DATE ULTÉRIEURE. Agir en retenant l’action : la délibération éthique
06.05.2020ANNULÉE Peut-on changer le monde en consommant autrement ?
13.05.2020ANNULÉE La désobéissance civile, une arme politique légitime