03
AVR

Une société bienveillante plutôt qu'inclusive

Conférence Public-cible: Ouvert au grand public
La conférence prendra comme point de départ la critique des concepts d'"inclusion" et de "société inclusive", par la mise en évidence de leurs présupposés. En s'appuyant sur la parole d'un groupe de personnes concernées par les maladies neuro-évolutives, nous proposerons d'opposer à l'horizon de l'inclusion celui de la bienveillance. Là où l'inclusion suppose de définir par avance les attentes de l'autre et d'y répondre le plus souvent par l'octroi de droits, la bienveillance bien comprise implique un contexte social où l'expression de la vulnérabilité devient audible, visible et reconnue. À notre sens, notre société aurait besoin d’une pédagogie de la vulnérabilité qui implique le partage d’une certaine proximité, voire d’une intimité, avec la personne étrangère.
Quand?
03.04.2019 17:15 - 19:00
Où?
Site MIS 03 / Salle 3117
Avenue de l'Europe 20, 1700 Fribourg
Organisation
Travail social et politiques sociales
Séverine Moll-Lauper
severine.moll-lauper@unifr.ch
Bonnesfontaines 11
1700 Fribourg
026 300 77 86/80
Intervenants
Sebastian J. Moser est sociologue au sein du département de recherche en éthique de l’Université Paris-Sud/Paris-Saclay et membre du Laboratoire d’excellence DistALZ. De plus, il est membre associé de l'Espace éthique Ile-de-France et du Centre Max Weber (Lyon). Il travaille aujourd’hui sur la sociologie de la vie quotidienne et la sociologie de l'aide.

Paul-Loup Weil-Dubuc est responsable de la recherche à l'Espace éthique Ile-de-France et chercheur au sein du département de recherche en éthique de l’Université Paris-Sud/Paris-Saclay et membre du Laboratoire d’excellence DistALZ. Docteur en philosophie, il s'intéresse avant tout aux questions de justice, et notamment de justice sociale, dans les champs de la santé et du handicap.
Pièces jointes

CYCLE:
Bienveillance, bienfaisance, bientraitance. Les pratiques du Bien sous la loupe

Le Bien est de retour ! Depuis quelques années déjà, il n’est pas un programme d’intervention publique, pas une action bénévole ou humanitaire, dans les domaines de la santé, de l’éducation ou du social, qui ne réfère à la bonne intention de l’activité entre-prise et au profond respect de la dignité de la personne considérée.
Que signifie ce recours au bien vouloir et au bien agir dans la qualification des actions entreprises, si ce n’est d’afficher qu’il n’en a pas toujours été ainsi ? Quelle est en fait la valeur ajoutée de cette mobilisation générale du Bien dans les référentiels de l’action sur ou avec Autrui ? S’agit-il d’une traduction pratique de l’exigence éthique qui traverse tous les champs de l’action, publique comme bénévole, aujourd’hui ? S’agit-il davantage d’une conséquence de l’obligation de transparence et d’évaluation qu’imposent à tout programme d’intervention les nouvelles formes de management ? S’agit-il, au contraire, d’une disposition prudente des institutions et des associations devant la montée en puissance des usagers / bénéficiaires tout aussi soucieux d’être considérés dans leur singularité que prompts à faire recours en cas d’insatisfaction ? S’agit-il encore d’un argument "commercial" dans un univers, fut-il celui de l’action publique ou bénévole, fortement traversé par des logiques concurrentielles ? Quelle que soit la réponse à ces questions, et il est probable qu’elle se tienne à mi-chemin de celles-ci, il convient de s’interroger sur l’impact concret de cette référence au Bien dans les pratiques des professionnel-le-s et de se demander jusqu’où elle infléchit la philosophie générale de leurs interventions, elle marque les principes de leurs codes déontologiques et, aussi, elle affecte la nature de leur relation avec les bénéficiaires-usagers.
 
Autres événements dans le cycle
20.02.2019Le Bien à l’œuvre. Des bonnes intentions aux bonnes pratiques
27.02.2019Vulnérabilité et bienveillance
06.03.2019Respect, sollicitude et soin
13.03.2019Heurs et malheurs de la bientraitance
20.03.2019La philanthropie, une pratique politique ?
27.03.2019Pour une éthique de la bienveillance
03.04.2019Une société bienveillante plutôt qu'inclusive
10.04.2019ONG, bienfaisance et ingénierie politique dans la Syrie de Bachar al-Assad
17.04.2019La tyrannie du bienveillir
01.05.2019Contre le salut
08.05.2019Vulnérabilité et effondrement compassionnel
15.05.2019La bienveillance : une fausse évidence